Les chagrins d’amour affaiblissent nos cœurs durablement

Les chagrins d’amour affaiblissent nos cœurs durablement. C’est désormais une certitude, le « Tako-tsubo » ou syndrome du « coeur brisé » affaiblit le muscle cardiaque. Si le message n’est pas nouveau, des chercheurs écossais affirment maintenant que cet affaiblissement perdurait et s’installait durement dans dans le temps. Et ce sont des médecins de l’université d’Aberdeen qui l’affirment dans le cadre d’une nouvelle étude dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue spécialisée de l’American Society of Echocardiography.

La maladie de Tako-Tsubo (STT) est ce qu’on appelle une cardiopathie de stress, c’est-à-dire une maladie cardiaque liée au stress et concernant essentiellement les femmes post-ménopausées après un événement déclenchant. C’est un phénomène cardiaque aigu transitoire marqué par une akinésie apicale du ventricule gauche qui rappelle le syndrome coronarien aigu. Elle survient dans la plupart des cas à la suite de traumatismes psychologiques importants. Ainsi elle a été découverte par un chercheur japonais qui s’est rendu compte que les différents symptômes cités précédemment, survenaient après des perturbations psychiques ou psycho-affectives graves. Source Vulgaris Medical

Selon BFM TV qui se fait l’écho de cette étude, les peines de coeur ont un peu trop tendance à être prises à la légère. La perte d’un être cher peut en effet se traduire par une contraction anormale du muscle cardiaque qui se retrouve ainsi affaibli et rencontre plus de difficultés à pomper le sang de l’organisme.

Mais l’inquiétude des chercheurs réside dans le fait que ce stress sévère puisse à terme causer des dommages durables et irréversibles au muscle cardiaque. E

Le syndrome de Takotsubo, également appelé «syndrome du cœur brisé» – car il peut être déclenché lorsqu’une personne souffre d’un stress émotionnel sévère, comme après un deuil – touche environ 3 000 personnes au Royaume-Uni chaque année.

Dans une étude financée par la British Heart Foundation (BHF) et publiée dans le Journal de l’American Society of Echocardiography, des chercheurs de l’Université d’Aberdeen ont suivi durant 4 mois 52 personnes victimes de ce syndrome.

En utilisant l’échographie et l’IRM cardiaque pour voir comment les cœurs des patients fonctionnaient dans les moindres détails, les scientifiques ont constaté que la maladie avait définitivement affecté le mouvement de pompage du cœur.

Les chercheurs ont également découvert que certaines parties du muscle cardiaque étaient remplacées par de fines cicatrices qui réduisent l’élasticité du cœur et l’empêchent de se contracter correctement.

Des résultats qui peuvent expliquer en partie pourquoi les patients atteints du syndrome de Takotsubo ont des taux de survie à long terme similaires à ceux qui ont eu une crise cardiaque.

« Nous avions l’habitude de penser que les personnes atteintes de cardiomyopathie takotsubo se rétablissaient complètement, sans intervention médicale. Nous avons montré que cette maladie a des effets nocifs durables sur les cœurs de ceux qui en souffrent » a déclaré le Docteur Dana Dawson, professeure en médecine cardiovasculaire, et principale auteure de l’étude.

La joie peut aussi briser le cœur ?

Et si la joie pouvait aussi nous briser le coeur ? Comme nous le savons tous une très mauvaise nouvelle peut nous briser le coeur, et ce dans tous les sens du terme. Cela s’appelle le syndrome du coeur brisé et cela résulte d’un stress émotionnel important comme la perte d’un être cher, un divorce, une séparation douloureuse, une trahison…. Dans certains cas cela peut altérer la fonction cardiaque et même provoquer la mort dans les cas les plus extrêmes.Mais contrairement à ce que l’on pouvait penser, les évènements négatifs ne sont pas les seuls à pouvoir nous briser le coeur….

Syndrome du cœur heureux

Le saviez-vous ? Le syndrome du coeur brisé peut aussi se faire ressentir après une émotion heureuse !

Selon une étude, dont les résultats ont été publiés il y a un peu plus d’un an dans la revue spécialisée « The European Heart Journal », des chercheurs ont effet constaté que certaines personnes pouvaient en souffrir après l’annonce d’un évènement heureux.

Ainsi et selon cette étude, ce syndrome est apparu après un évènement heureux ou joyeux dans 4% des cas. Parmi ces évènements, ont été recensés fête d’anniversaire, mariage, victoire de son équipe de sport favorite, naissance d’enfants… Du coup ils lui ont donné un petit nom le syndrome du « coeur heureux » !

« Nous avons montré que les déclencheurs peuvent être plus variés qu’on ne le pensait (…). La maladie peut être précédée par des émotions positives aussi » a notamment déclaré Jelena Ghadri, co-auteure de l’étude et médecin au sein de l’hôpital universitaire de Eurich (Suisse).

Selon elle, les urgentistes doivent absolument prendre en considération cette info dès lors que des patients se présentent avec des signes de crise cardiaque au sein de leur service (douleurs thoraciques, difficultés respiratoires…).

Bon la bonne nouvelle c’est qu’aucun décès n’a été enregistré à l’hôpital parmi les « coeurs heureux » contre 1% parmi les « coeurs brisés

Cœur heureux ou cœur brisé, peu importe au final. Il donc, mais vous l’aurez compris, apprendre à gérer votre stress… Certes c’est plus facile à dire qu’à faire mais c’est essentiel pour la santé de votre muscle cardiaque.

Commentaires Facebook